8 mai 2013 - 13h55Lot, Tribune libre

Alain Dubrulle demande le divorce au Président de la République

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République. NOUVEAUX COMMENTAIRES

DSC_0305 2
 

 

Monsieur le Président de la République,

 

Il y a cinquante trois ans et demi, lorsque mon épouse et moi-même nous sommes mariés, nous avons souscrit aux termes d’un contrat parfaitement clair, qui ne laissait place à aucune ambiguïté, et qui était prévu pour durer jusqu’à la fin de nos jours. Aussi, aujourd’hui – six enfants, dix-neuf petits enfants et quatre arrière petits enfants plus tard – sommes-nous surpris d’apprendre que, sans nous consulter, les termes du contrat ont été complètement modifiés, et ses objectifs totalement dénaturés. Nous avons donc décidé, mon épouse et moi-même, d’un commun accord, d’entamer une procédure de divorce, le mariage civil ayant perdu pour nous toute signification. Notre mariage religieux, qui conserve, lui, tout son sens pour l’éternité, suffira à assurer notre bonheur et celui de notre famille.

En tant qu’ancien membre de l’enseignement public, professeur de philosophie, puis pendant trente ans chef d’établissement, commandeur des Palmes Académiques, je suis personnellement très attaché aux principes de la laïcité – la vraie -, et je déplore que par votre projet du « mariage pour tous » un coup fatal soit porté à l’une des institutions les plus représentatives de notre code civil, laïque et républicain. Le mariage civil perdant, par cette tromperie, beaucoup de sa valeur, c’est le mariage religieux qui sera revalorisé aux yeux de nombreux citoyens. Sans doute est-ce d’ailleurs pour cette raison que vos partisans se sont opposés à la suppression de l’obligation du mariage civil avant tout mariage religieux : laisser le choix serait peut-être trop dangereux !

On peut comprendre, Monsieur le Président, que vos échecs personnels en ce domaine vous conduisent à attacher peu d’importance et de considération au mariage. Mais en arriver à modifier le code civil contre l’avis d’une majorité des citoyens et à imposer au pays, comme première dame de France, une concubine ou une maîtresse – on ne sait pas trop quel terme choisir – n’est pas, pour moi, le fait d’un Président normal.

N’espérant pas vous avoir convaincu, mais la conscience libérée d’un grand poids, le respect n’interdisant pas, mais supposant au contraire la franchise, j’ai l’honneur de vous prier, Monsieur le Président de la République, de bien vouloir agréer l’expression de mon plus profond respect.

 

Alain  Dubrulle

  1. Daniele Brentoso le 28/05/2013 à 21h39

    Se référer aux échecs personnels du Président de la République et mépriser , voire insulter au passage sa compagne , quelle petitesse venant d’un homme cultivé , issu de l’enseignement public , porteur à priori d’une tradition de tolérance et de liberté, diacre de surcroit, et donc doublement investi d’une exigence d’écoute et de soutien aux personnes en souffrance.
    Catholique pratiquante, je suis l’ex épouse d’un homosexuel qui a refoulé très longtemps son homosexualité et que j’ai vu profondément malheureux de cette situation; combien de gens jugent et parlent de ce qu’ils n’ont pas vécu, il est facile de jeter l’anathème sur la différence; le droit des enfants c’est aussi celui de ces enfants qui ont accepté l’homosexualité de leur père, continuent de l’aimer comme l’enseigne l’Evangile et serre les poings devant cette vague d’homophobie.

  2. Fernand CORTES de CONQUILLA le 13/05/2013 à 18h00

    Sur le plan fiscal, non seulement les consorts DUBRULLE gardent leurs deux parts et tous leurs avantages fiscaux mais ils vont notamment en acquérir de nouveaux. Ainsi, même dans l’ hypothèse d’ un contrat de mariage civil notarié, ils vont partager la communauté d’ acquêts et il y aura donc officiellement séparation de corps ce qui leur permettra de changer l’ état de l’ éventuelle résidence secondaire en résidence principale pour celui des deux ne gardant pas l’ usage de la résidence principale; si l’ éventuelle donation au dernier vivant n’ a plus cours, ils peuvent envisager un usufruit réciproque et partage des nues propriétés entre leur nombreuse descendance mais, au lieu d’ une succession plafonnée (Sarlozy 600000 euros/couple ou Hollande 300000 euros/couple en exonération complète de droits), il y a désormais deux universalités et donc deux successions (soit le double en montant) et le démembrement de propriété permet de diminuer davantage encore les montants des droits de succession. Si d’ aventure, le couple DUBRULLE est soumis à l’ ISF, le patrimoine étant désormais divisé en deux et même davantage encore diminué par le démembrement de la propriété, l’ ISF sera considérablement diminué du fait du seuil de 1,3 million euros à franchir deux fois au lieu d’ une, voire entièrement supprimé; les nus-propriétaires étant exonérés jusqu’ au remembrement effectif des propriétés (au décès de chacun des consorts DUBRULLE).
    Tout ceci pour n’ évoquer que les points essentiels mais il y a de nombreux autres petits avantages.
    Dont le principal: le mariage catholique des consorts DUBRULLE ayant été célébré avant 1962, le sacrement de mariage étant pleinement valide demeure jusqu’ au dernier vivant et son arrivée au Paradis!

  3. Dominique Klugé le 07/05/2013 à 19h53

    Si fiscalement, Mme et M. Dubrulle peuvent se permettre cette action, Chapeau ! Je les comprends que fort bien moi qui inciterai mes enfants à se marier civilement en habit de tous les jours, un jour de la semaine et en présence seulement de leurs témoins. Un mariage dont l’enjeu n’est plus qu’une question d’argent, ne vaut pas plus. Quant à cet « homme » qui a dit « aimez vous les uns les autres », je rappelle qu’il a aussi jeté hors du temple ceux qui le bafouaient pour une question d’argent. Ce qui ne l’a pas empêché de donner sa vie y compris pour ces marchands. Comme quoi aimer l’autre ne veut pas dire accéder à tous ses désirs mais est un chemin autrement plus exigeant, exemple : l »éducation des enfants qui passe aussi par la frustration,…

  4. FOURNET Marc le 05/05/2013 à 21h22

    Je suis de l avis de GUENEGO même pas cap… Qu’elle déception de voir mon ancien proviseur tenir des propos si poussiéreux…enfin je garde espoir en l homme et vais lui pardonner ses dires. Il y a très très longtemps un homme à dit « aimez vous les uns les autres » pour un diacre c est nul de ne pas se souvenir de ça..

Trackbacks/Pingbacks

  1. "Mariage pour tous" : demande de divorce | Chrétienté Info
Commenter